Le COVID-19 : #OnVousRépond

Le COVID-19 : #OnVousRépond

Dernière modification le 29/04/2020

Comprendre le coronavirus au travers de cette vidéo didactique

Kurtzgesagt – In a Nutshell

 

Les coronavirus sont une grande famille de virus, qui provoquent des maladies allant d’un simple rhume (certains virus saisonniers sont des coronavirus) à des pathologies plus sévères comme le MERS ou le SRAS. Le virus identifié en Chine est un nouveau coronavirus appelé SARS-CoV-2. La maladie causée par ce coronavirus a été dénommée COVID-19.

Les symptômes principaux sont :

  • Maux de gorge
  • Toux sèche
  • Température élevée
  • Frissons
  • Malaise
  • Douleurs musculaires
  • Difficultés respiratoires

Un seul de ces symptômes suffit à évoquer le diagnostic.

Les personnes âgées ou présentant des comorbidités (diabète, déficit immunitaire, insuffisance  respiratoire chronique, cancer…) sont plus susceptibles de présenter une forme grave.

Comme pour beaucoup de maladies infectieuses, les personnes présentant des pathologies chroniques sous-jacentes (insuffisance respiratoire, personnes fragiles, âgées…) présentent un risque plus élevé de développer une forme grave.

Un exposition rapprochée (moins de 1 mètre) avec une personne infectée est nécessaire à la transmission du virus. Le risque augmente avec la durée de l’exposition.

La transmission se fait par l’intermédiaire des gouttelettes de sécrétions respiratoires chargées de virus projetées lors de la toux ou du mouchage.

Il existe deux façons de s’infecter :

  • Les sécrétions atteignent directement la bouche ou le nez des personnes à proximité (moins de 1 mètre)
  • Une personne peut également s’infecter en touchant une surface ou un objet contaminé par des sécrétions respiratoires (poignée de porte, main que l’on serre…) puis en touchant avec la main la bouche, le nez ou les yeux

En l’état actuel des connaissances, la durée d’incubation de la COVID-19 est comprise entre 2 et 14 jours, ce qui signifie que si une personne exposée ne développe aucun symptôme en 14 jours, elle n’a pas été infectée.

Le diagnostic se fait par identification du virus à l’aide d’une technique de laboratoire complexe et non automatisée, la RT-PCR. Autre technique, les tests sérologiques qui consistent en l'analyse d'une goutte de sang (TROD).

A ce jour, aucun traitement spécifique n’a été identifié pour ce nouveau coronavirus. Plusieurs traitements, actuellement utilisés dans d’autres pathologies virales, sont en cours d’évaluation pour être utilisés pour traiter la COVID-19. Dans l’attente, le traitement est symptomatique.

L’information disponible suggère que le virus peut causer des symptômes similaires à ceux d’une grippe modérée, mais aussi des symptômes plus sévères.

La maladie peut également progresser dans le temps chez un patient.

Les patients avec des maladies chroniques préexistantes telles que l’hypertension, maladies cardiovasculaires, diabète, maladies hépatiques, maladies respiratoires semblent plus susceptibles de développer des formes sévères, de même que les personnes âgées.

Est considéré comme sujet contact :

  • Toute personne qui a touché ou qui est resté à moins de 1,5 mètres pendant plus de 15 minutes de la personne atteinte de COVID-19,
  • Toute personne qui a parlé avec le malade de COVID-19,
  • Toute personne qui a nettoyé sans protection des liquides biologiques du malade de COVID-19,
  • Le groupe d’amis proches,
  • Toute personne vivant dans le même domicile ou fréquentant le même dortoir que le malade de COVID-19.

Les sujets contact ne sont pas considérés comme infectés et la probabilité qu’ils puissent contaminer d’autres personnes est très faible, toutefois :

  • Ils seront confinés à leur domicile pendant 14 jours,
  • Ils prendront leur température 2 fois par jour,
  • Ils seront suivis médicalement,
  • Des tests biologiques pourront leur être faits pendant cette période.

Si un sujet contact développe la COVID-19 (fièvre ou symptômes ou test positif), il devient un cas confirmé, et l’enquête de santé publique s’élargit à la recherche des sujets contact.

Si vous n'avez aucun symptôme de la maladie à l'issue de deux semaines de confinement, cela peut signifier deux choses :

  • Vous n'êtes pas infecté
  • Vous avez le virus mais vous ne développerez pas les symptômes de la maladie (ceux-ci apparaissent généralement cinq jours après la contamination – mais jusqu'à quatorze jours dans certains cas).

Dans un cas comme dans l'autre, cela ne signifie pas que vous pourrez tranquillement sortir de votre confinement sans prendre aucun risque.

  1. Si vous n'êtes pas encore infecté, vous courez encore le risque d'attraper le virus si l'épidémie est encore vivace.
  2. Si vous êtes un porteur asymptomatique, tant mieux pour vous, mais attention : vous restez encore potentiellement contagieux pour les autres.

C'est pourquoi le délai de confinement général de la population pourrait s'étendre au-delà des deux semaines nécessaires pour savoir si vous êtes malade.

Des travaux de modélisation sont en cours. Les autorités sanitaires suivent attentivement l’évolution de la situation dans le monde.

Au vu des données disponibles sur la survie des coronavirus dans le milieu extérieur (3 heures sur des surfaces inertes sèches) et compte tenu des temps et conditions de transport, le risque d’être infecté par le nouveau coronavirus en touchant un objet importé est considéré comme nul.

Les mesures d’hygiène standard (lavage des mains, nettoyage de surfaces) s’appliquent après avoir déballé un paquet.

Non. Vous serez certes, en principe, moins facilement exposé au virus dans une région peu peuplée que dans une métropole où la propagation est plus rapide.

Mais vous pouvez vous-même être porteur asymptomatique ou en phase d'incubation et répandre le virus dans un désert médical où les infrastructures hospitalières régionales limitées seront beaucoup plus vite débordées.

Le virus peut, dans des conditions propices, survivre sous forme de traces plusieurs heures à plusieurs jours sur une surface contaminée par des gouttelettes.

Cependant, de l’avis de certains experts, la charge virale du virus diminue très rapidement dans le milieu extérieur, et en quelques minutes, celui-ci n’est plus contaminant.

Par principe de précaution, il peut être utile de nettoyer les surfaces fréquemment et récemment touchées, notamment quand elles sont visiblement souillées.

Le plus important lorsque vous touchez des surfaces potentiellement contaminées (boutons d'ascenseur, poignées de porte, caddies de supermarché…) reste de respecter les gestes barrières :

  • Eviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche
  • Se laver soigneusement les mains

À ce jour il n’existe pas d’arguments scientifiques suffisamment robustes en cette faveur.  Les travaux de recherche se poursuivent aujourd’hui pour mieux connaître le virus.

Il convient de rappeler que la grande majorité des mutations des virus sont neutres, et le reste plus souvent bénéfiques pour l’Homme que l’inverse. En effet, dans la majorité des épidémies, les virus évoluent vers moins de dangerosité mais plus de diffusion.

Après avoir rencontré un virus, notre organisme développe des défenses immunitaires appelées anticorps, lui permettant de se défendre contre ce virus. Bien que nous soyons encore à un stade précoce pour se prononcer sur cette question, de l’avis des scientifiques les premières données semblent rassurantes, car ce jour, aucun cas réellement confirmé de re-contamination ne semble avoir eu lieu.

Le risque est toujours présent, et plus le contact est long et rapproché, plus le risque de contamination augmente (plus de 15 minutes, à moins d’un 1 m). C’est la raison pour laquelle la distanciation sociale et les mesures barrières doivent être appliquées. Il est donc possible de vivre avec un cas covid-19 à domicile si l’on respecte scrupuleusement les gestes barrières.

Le coronavirus responsable du COVID-19 se transmet par les gouttelettes, qui sont les sécrétions respiratoires qu’on émet quand on tousse, qu’on éternue ou qu’on parle.

Le virus est transporté par les gouttelettes, mais peut atteindre une personne à proximité (<1 mètre) ou se fixer sur une surface souillée par les gouttelettes, comme les mains ou les mouchoirs. C’est pour cela qu’il est important de respecter les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale.

Non, il n’existe aucune preuve de transmission du virus à travers les moustiques, ou tout autre animal d’ailleurs. Le coronavirus Covid-19 se transmet entre humains, via les gouttelettes respiratoires.

Mentions Légales   ı   Cookies

Tous droits réservés - Monaco 2020
elit. mi, Praesent et, luctus ultricies nunc